Notre enquête sur Odette Laguerre

Première étape

Notre aventure avec Odette Laguerre commence début 2022, à la lecture du livre de Bibia Pavard, Florence Rochefort et Michelle Zancarini-Fournel : Ne nous libérez pas, on s’en charge, Une histoire des féminismes de 1789 à nos jours. Nous l’avions emprunté à la médiathèque de Belley (où il est toujours disponible!)

livre

"Odette Laguerre (1860-1956), collaboratrice à la Fronde [journal féministe national], active à Lyon et dans l'Ain, résume cette nouvelle quête comme celle d'une femme qui a choisi. Elle a voulu être autre chose, être soi, conquérir une existence personnelle, compter pour une unité humaine et non plus seulement pour une fraction ou un zéro."

Dans l’Ain ? Une féministe de l’Ain dont je n’ai jamais entendu parler qui écrivait pour un journal féministe national ?

Deuxième étape

Nous faisons des recherches sur Internet. Nous ne trouvons rien. La page Wikipedia apparue depuis n’existait pas encore. Rien, à part un article paru en 2003 dans Chroniques bressanes (?) Une féministe bugiste à la Belle époque, signé par Andrée Laffay et André Abbiateci.

Où nous apprenons qu’Odette Laguerre a bien habité dans l’Ain, et même en Bugey-Sud (à Ceyrvérieu et à Don), là où notre association est basée. Et nous n’en avions jamais entendu parler.

Nous prenons contact avec André Abbiateci, qui nous confie ses archives (merci!). Nous nous lançons dans leur lecture.

Nous commençons à parler de notre recherche. Nous interrogeons ABIS et la Société Savante. Nous posons la question lors d’une réunion des acteurs culturels de Bugey-Sud.

Troisième étape

Nous profitons des Journées du matrimoine pour proposer une rencontre dans un café d’Artemare, chez Madame Karen.

Surprises ! une des personnes présentes habite dans l’ancienne usine de peigne. D’autres ont connu sa fille Hélène ou ses petits enfants, comme Jacqueline. Des femmes à gauche et de caractère. D’autres encore ont des lectures à conseiller : Le petit train du Valromey de Hélène et Paul Percevaux et les mémoires de Yvette Raymond, petite fille de Odette Laguerre, dans Souvenirs in extremis (ces deux livres sont aussi présents à la médiathèque de Belley).

On lit des écarts entre l’article de Louis Reynaud et les souvenirs de Yvette Raymond. Le premier attribue une place à Maxime Laguerre dans le développement des idées politiques de sa femme, dans ses choix de vie ou dans la tenue de l’usine, peu visibles dans les souvenirs de sa petite fille.

Depuis la rencontre de septembre

Nous continuons à chercher des archives. Mais nos demandes auprès des archives de la Métropole de Lyon et du département du Rhône, sur la Société d’éducation et d’action féministes, n’ont rien donné. D’ailleurs, la rue de la Tunisie où était située la Société avait entre temps été rebaptisé rue Major Martin et son nom initial n’a été redécouvert qu’en 2016.

Par contre, surprise!

Nous avons été contactées par Madame Berrak Burçak,  professeur à l’université d’Ankara qui fait des recherches sur l’écrivain et éditeur ottoman Baha Tevfik. Ce dernier a traduit et publié Qu’est ce que le Féminisme en 1912?

Comment a-t-il bien pu tomber sur ce texte d’Odette Laguerre?

Et maintenant?

On pourrait :

  • Aller voir ses livres à la Bibliothèque nationale à Paris ?
  • Consulter aux archives son journal en entier ?
  • Demander aux mairies d’Artemare ou de Belmont une marque de reconnaissance de sa vie (plaque, nom de rue…) ?

C’est à inventer ensemble !

Partager l'article

Autres articles

asso

Une histoire du droit associatif en France

Dans le cadre d’une rencontre des associations membres du Réseau des CREFAD, nous avons décidé d’organiser un atelier sur l’histoire du droit associatif. Nous avons été surprises de voir que cette histoire du droit associatif était peu racontée, où alors par secteur (histoire des associations … Pour en savoir plus…

profil

La vie d’Odette Laguerre

Marie-Odette Garin de la Morflan naît le 7 novembre 1860 à Constantinople. Sa mère, Hélène Vaume a grandi en Crète où son père était médecin. Le père d’Odette, René-Louis-Charles Garin de la Morflan, était secrétaire d’un haut fonctionnaire de l’Empire ottoman, gouverneur de l’île, qu’il … Pour en savoir plus…