Bourg-en-Bresse : Assises Territoriales de l’Islam de France

entre-autres a été invitée aux Assises Territoriales de l’Islam de France par le Préfet de l’Ain. C’est ainsi que j’ai participé à cette réunion le mardi 4 septembre à la Préfecture, en présence du Sous-Préfet, du délégué du préfet aux quartiers, de représentants des mosquées de Montluel, de Bourg-en-Bresse, de Miribel, de Trévoux et de représentant.e.s de la société civile (Alfa3A, Radio Salam, la FOL…)

Voici le message que j’ai souhaité transmettre.

Tout d’abord, j’ai hésité à honorer cette invitation. En effet, avec entre-autres, nous sommes loin d’être légitimes ou compétentes pour parler de l’Islam de France. Nous ne savons pas de quoi l’Islam de France est le nom. Dans une République universaliste qui proclame les droits de l’individu, de quoi et de qui parle-t-on ? Comment, sous l’étiquette « Islam de France », ne pas figer la diversité des pratiques, des croyances et des personnes ?

Nous travaillons avec des adultes et des adolescents.

  • Nous animons des formations pour les professionnel.l.es de la Relation (toutes les personnes qui accueillent et accompagnent un public : les travailleurs sociaux, les professeurs, les animateurs). Ces temps d’échanges et d’analyses de pratiques ont pour objectifs de nommer et situer les tensions vécues pour les détricoter et tenter de les comprendre et pour agir dessus. Nous parlons donc altérité, différences, éthique et posture.
  • Nous animons aussi des temps de travail et d’échanges avec des adolescents. L’identité, de quoi s’agit-il ? Nous parlons de nos multiples références et appartenances, de nos cultures en mouvement, d’héritages et de transmission, du commun et des écarts entre nous.

Lors de nos échanges, nous entendons régulièrement des questionnements, principalement liés à la vie quotidienne : comment se dire bonjour, comment organiser un repas collectif quand les régimes alimentaires sont si variés, comment inclure/ interagir/ travailler avec une femme voilée ?

Qu’est ce que cela raconte et qu’est ce qu’on se raconte comme histoire ?

J’observe ainsi le risque de pointer du doigt l’Islam avant de prendre le temps de réfléchir à la complexité des situations et souvent, à mettre des mots sur nos incompréhensions. Dans le doute, la causalité est souvent culturelle ou cultuelle.

Nous sommes sollicités par un collège de quartier populaire pour aider les élèves à distinguer nationalités, religions et origines. C’est en effet confus dans la tête de certains ! Mais en laissant les élèves définir les éléments culturels importants pour eux, les liens à la famille, l’héritage culturel et religieux apparaissent, de même que les jeux vidéos, les mangas et les tacos.

C’est en identifiant la richesse et la diversité des identités de chacun que nous pouvons construire du commun et en rappelant que ce qui nous constitue aujourd’hui sera différent demain.

Lors d’un atelier sur la laïcité avec les parents d’élèves (faut-il ajouter que cet atelier se tient dans un quartier populaire ?), les mamans voilées comparent leur vie actuelle au temps où elles ne portaient pas de signes religieux apparents. Elles évoquent des situations intenables avec du racisme quotidien (à l’école, à la salle de sport ou au travail), leur peur de la violence, le plus souvent, des incompréhensions et des non-dits.

Ces personnes ont toutes une relation différente à leur foi et sont aussi des parents, des travailleurs, des passionnés, des amis, des musiciens, des penseurs.

Pourquoi, alors que pour certaines, leurs familles sont françaises depuis plusieurs générations, continuer à parler d’intégration ? Pourquoi ne tenter de comprendre ces situations que sous le seul aspect de la religion ?

J’aime ainsi rappeler cette citation d’Édouard Glissant:

Je peux changer en échangeant avec l’Autre sans me perdre pourtant ni me dénaturer.

De multiples facettes, histoires, expériences nous constituent. A chaque rencontre, tu viens m’enrichir, m’apprendre, m’étinceller. Pourquoi se limiter à voir en toi un Autre qui m’est (in)différent, plutôt que d’apprécier les écarts qui créent le lien entre nous ? Je me demande sur quoi vont aboutir ces assises de l’Islam en France. J’aimerais simplement que les discordes cessent et te rencontrer dans ta complexité.

Claire I.